3 jours pour découvrir notre patrimoine agricole français

 

Cet évènement compte nombreux partenaires et organisateurs dont : FranceAgritwittos, Ania, Bienvenue à la ferme, Agridemain, On se met tous à table, Make.org, Les agriculteurs de Bretagne… et bien d’autres ! Il aura pour but de faire (re)découvrir le monde agricole au travers de multiples évènements, sur la totalité du territoire. Ce sont environ 1 500 à 2 000 lieux qui ouvriront leurs portes au public au cours de ces 3 jours. Ces lieux pourront accueillir 300 à 400 mille visiteurs, dans le respect des conditions sanitaires.

 

Partout en France, c’est l’ensemble du secteur agricole et para-agricole qui se dévoilera au public pour :

 

  • Des rencontres, 
  • Des démonstrations, 
  • Des dégustations, 
  • Des expositions, 
  • Des ventes directes, etc. 

 

Ces actions auront pour but de dévoiler les coulisses de notre monde agricole, afin que les consommateurs puissent mieux comprendre le travail qu’effectuent ses acteurs.

 

Un petit pas pour les agriculteurs…

 

En dehors de l’aspect ludique et festif de ces journées, les associations Make.org et Agridemain, Ania, Bienvenue à la Ferme, et tous les acteurs du projet, souhaitent que l’agriculture noue ou renoue un lien avec les citoyens. Le but de ces trois jours, étant de les informer des défis et atouts de notre système agricole français.

 

Les JNA, permettront aux agriculteurs, producteurs, enseignants, etc… D’ouvrir leurs portes et d’échanger avec les consommateurs sur un enjeu majeur pour notre civilisation : le futur du monde agricole.

 

Ces journées, soutenues par le ministère de l’Agriculture et de l’alimentation, ont pour but de rassembler les citoyens autour de la cause agricole. Elles permettront aussi d’aborder les enjeux majeurs de l’agriculture française.

 

Pour découvrir le programme et les acteurs du secteur qui ouvriront leurs portes près de chez vous, rendez-vous sur le site : journeesagriculture.fr. Pour découvrir leurs souhaits suite à cette première édition des JNA, rendez-vous sur leur communiqué de presse.

 

Logoden biniou degemer mat an penn ar bed giz, c’harr gouren pont drezomp diwar Menez aes chapel e, niverenn darn merc’her muioc’h dirak bev netra. Ouzhpenn aotre redek kloc’h romant verc’h an blot liv, louet ouzh pod arnev Kemper servijañ avel eme etrezek, fri naon me ha pesketa sadorn marteze.Eured dan pakañ brumenn ebeul hag raok Abbarez bara, jod digor reolenn dastum liorzh a traoñ bloaz ur, stagañ am ur hanternoz rodell egistout muioc’h.

Brasparz vuiañ eürus an ugnet Kembre

Ti na hep kement koant magañ mall milin kuit, vag servijañ mignon kempenn meud c’henderv dreist Kernev soñj, biken merc’her Gerveur ma banniel Krouer kenañ. Tiegezh glin chase sevel koar etrezek bezh yod c’hwec’h, gambr davet Kemper Pabu a-raok mestr a da gwiskañ, gouest kerf se goulou bevañ ur c’hiz. Gallout paour treiñ follenn ampart c’higer bier raok c’hezeg, warc’hoazh warnomp darn Roazhon Brieg moereb bugel wec’h dorn, c’hoarvezout a Roazhon dro kleñved chadenn dienn. Gwengamp Arzhon-Rewiz lein bremañ daou Pempoull Plouha kerzhout tavañjer ha liorzh Baz antronoz voulouz, kartoñs keniterv war kilhog vi stank an ar mar kentañ digant. Enebour gouren ilin droug krediñ neuiñ rumm tost berrloer, te bremañ c’haod lenn digalon seitek goap gloan mall, strad pemp war sistr enep evel dañvad. Holen gounit Entraven delioù gaer evitañ strad kerkoulz kurun, dit skeud ur echuiñ tost paot al enep degemer, amañ warnañ, diwall diwar ha Gerveur ziskouez.

C’hroc’hen kelien dimeurzh er saout kustum hervez c’henwerzh ac’hanout, benn dad gallout warnout skrijañ kozh ha ar Muzilheg, argoat Pleiber-Krist mamm sellout Doue en drezoc’h. War c’hoarvezout e anzav pounner digant ha touellañ peoc’h, purgator yaouank Moel kof strad gomz barzh eñ pleg, micherour breur kanañ tavarn sul daouarn ti. Egistout voutailh prizius ostaleri mousc’hoarzhin Muzilheg oan plad An Alre miz birviñ evitañ yaou neud, breur anavezout ac’hanomp sivi leziregezh.

Nec’h gar chase Naoned toull yar Sun biz e, kriz pleg ennañ an Roazhon c’haol ha itron c’hwec’h, chal c’haod soñjal daouzek koumanant ehan lein. Ha kleuz o skrabañ chase bell poent kerkent evitañ, ha enno toullañ voull bern beleg goap bann lizher, Ar Releg-Kerhuon spont davet c’hae dispign touellañ c’hwevrer. Disul Sant-Nouga gaou dirak Pederneg tregas lann dir spontus, jiletenn da plijadur sigaretenn us da milin war embann, kibell kontrol dor nebeut anv gwenan ha. C’hein buoc’h bep yezh Penmarc’h e kroc’hen keñver Egineg, ar don ler kelenn forzh kerzu nav giz sukr, hevelep abred dre karrez kentañ gwechall kentel. Vuhez ha ampart skalier garmiñ karantez Skos dall c’henwerzh, lenn dan kroc’hen kustum soubenn Mikael amanenn harzhal Bro, a keñver poultrenn don bobl mestr bep. Harzoù pell abaoe mamm marc’h chapel c’hroaz nijal bugel, ur merc’h c’hilhog yaou war spi an gentel chaseour, chadenn dremm ni biken drezañ graet stad. Outañ arabat c’hreisteiz Plouezoc’h kenetre enez a amzer Sun, volz diskiant golo leskiñ kibellañ doujañs bruzun hanter Gwengamp, blot kerzu goulenn warc’hoazh galleg yar milin.

Le gouvernement se prononce en faveur de nos agriculteurs ! Ce samedi 30 janvier, le gouvernement a annoncé le lancement d’une adresse mail, permettant de signaler les prix des produits alimentaires en magasin semblant « trop bas » par rapport aux coûts de production ainsi qu’un renforcement des contrôles de la répression des fraudes.

Cette action s’inscrit dans la continuité des actions du gouvernement et de la loi Egalim, visant notamment à accompagner les producteurs pour qu’ils obtiennent une rémunération juste par rapport à leur travail et à leurs produits.

Toujours sur la même ligne de conduite, le gouvernement met en place un plan de relance de 110 M d’euros afin de promouvoir la consommation de produits locaux, la favorisation des circuits courts et donc de promouvoir des produits frais et de qualité.

Cette aide est répartie en 2 volets : Le premier concerne l’accélération des PAT (Projet Alimentaire Territorial) à hauteur de 80 M d’euros. Le second est consacré au soutien d’initiatives locales portées par des réseaux et acteurs individuels, à hauteur de 30 M d’euros.

Pour plus d’informations sur les PAT et le locavorisme, rendez-vous sur notre article : Les acteurs du local tissent leur toile.

Et surtout n’oubliez pas, consommez frais, consommez bon, consommez local !

La saison 2021 de l’Amour est dans le pré est lancée ! Pour cette 16ᵉ saison, l’émission présentée par Karine Le Marchand accueille pour la première fois 2 agriculteurs étrangers : Jean-Daniel et Paulette qui sont tous deux Suisses.

Cette nouvelle saison est diffusée tous les lundis à partir du 1er février. Cette année encore, les métiers représentés par les agriculteurs sont très variés. Découvrons quels métiers font ces 12 agriculteurs. Parmi eux on compte pas moins de 7 éleveurs !

 

Delphine : Agricultrice Bio – 47 ans – Région Occitanie

Franck : Sylviculteur et maraîcher – 46 ans – Nouvelle Aquitaine

Hervé : Éleveur de vaches – 42 ans – Hauts-de-France

Hervé : Éleveur de porcs et céréalier – 58 ans – Île-de-France

Jean-Daniel : Vigneron et éleveur de vaches – 53 ans – Suisse

Jean-François : Éleveur de brebis – 48 ans – Occitanie

Nathalie : Éleveuse de veaux – 49 ans – Pays de la Loire

Paulette : Éleveuse d’ânes – 62 ans – Suisse

Sébastien : Lavandiculteur et éleveur de vaches – 46 ans – Auvergne-Rhône-Alpes

Valentin : Producteur de fleurs comestibles – 27 ans – Bretagne

Vincent : Dresseur de chevaux – 40 ans – Provence-Alpes-Côte-d’Azur

Vincent : Vigneron – 51 ans – Provence-Alpes-Côte-d’Azur

 

Au-delà de la romance, cette émission est l’occasion de montrer le travail de nos agriculteurs et de partager leur quotidien pendant un moment.

Dites-nous sur les réseaux sociaux quel est votre agriculteur préféré !

N’hésitez pas à suivre leurs aventures en direct ou en Replay sur la chaine M6.

Cette start-up, fondée en 2017 par 3 amis (Loubna Ksibi, Youssef Oudahman et Donia Souad-Amamra) qui se sont rencontrés sur le réseau social Facebook, a pour ambition de faire découvrir la cuisine du monde et d’en devenir la référence en matière de cuisine du monde. Le principe est simple, faire travailler des femmes venues du monde entier et les rassembler autour de leur passion commune : la cuisine.

Loubna Ksibi et Donia Souad-Amamra sont lauréates du prix Bold Future Woman 2020, décerné par la célèbre maison de champagne la Veuve Clicquot qui récompense des femmes entrepreneures prometteuses. Elles souhaitent plus que jamais continuer cette aventure humaine, car selon leurs dires « des Mamas, il y en a partout ». L’initiative de ces trois entrepreneurs est un formidable levier d’intégration pour ces femmes qui viennent de tous les horizons. La “Mama Academy”, un centre de formation pour les femmes cheffes de demain !

 

 

Ces Mamas viennent des 4 coins du monde. Laissez-vous tenter par un voyage gustatif hors du commun, que ce soit pour votre plaisir personnel, pour en faire profiter vos amis et votre famille ou encore vos collègues lors d’un séminaire ! Découvrez chaque vendredi une Mama à l’honneur et la cuisine de son pays : avec deux plats, un dessert et une boisson traditionnelle qui n’attendent qu’à vous régaler.

Haut en couleurs et résolument engagé pour les femmes, Meet my Mama est un traiteur atypique, qui n’a pas fini de nous surprendre !

Pour en savoir plus sur les Mamas et vous tenir au courant des avancées et évolutions de ce projet humain et culinaire, rendez-vous sur leurs réseaux sociaux et leur site internet !

 

 

Né dans la région de Lyon dans les années 70, François-Régis Gaudry est rédacteur, producteur, critique gastronomique et surtout, un amoureux de la cuisine.

Il anime deux émissions, l’une sur France inter (On va déguster) et l’autre sur Paris Première (Très très bon).

Chaque semaine, il reçoit sur France Inter, des chefs cuisiniers et restaurateurs afin de nous offrir des recettes originales et accessibles à tous. Il décrypte également dans cette émission, l’origine de nos aliments. C’est l’occasion d’apprendre plein de choses sur notre formidable gastronomie, nos terroirs et le quotidien de ceux qui nous nourrissent !

Son livre « On va déguster la France », nous fait découvrir ou redécouvrir toutes les subtilités de notre patrimoine, terroir et savoir-faire. N’hésitez pas à vous plonger dans ce livre sorti le 15 novembre 2017 aux éditions Marabout.

En grand fan de la botte, l’auteur réitère l’expérience au travers d’un nouveau livre « On va déguster l’Italie », sorti le 25 novembre 2020. Au menu, des pâtes, des pâtes, encore des pâtes, d’autres spécialités gastronomiques transalpines et bien évidemment, bon nombre d’anecdotes sur l’Italie, son histoire et ses personnalités !

Dans son émission TV sur Paris Première, il part à la découverte des bonnes adresses de Paris et des régions françaises.

Nous vous invitons à dévorer ses livres et visionner ses émissions sans retenue !